JE DÉTESTE ÊTRE ENCEINTE

Hello tout le monde !

Avertissement : Il s’agit d’un témoignage sur un sujet encore jugé très sévèrement, le fait qu’une femme n’aime pas être enceinte (comme le titre l’indique explicitement). Je vous demanderais, si mon article ne vous plait pas, de quitter cette page. Chaque commentaire sera modéré avant d’être éventuellement publié.

Chose promise, chose due, voici mon article au sujet de mon ressenti vis à vis de la grossesse. Je n’y ferai pas de langue de bois. J’espère avant tout qu’il déculpabilisera les femmes qui vivent, ont vécu ou vivront la même expérience que moi.

Tout d’abord, comme vous le savez si vous avez lu cet article, j’ai passé un premier trimestre horrible. Mon corps a en effet été sujet à moult symptômes désagréables de la grossesse : nausées, vomissements, fatigue, boutons, migraines, écoeurements…

Donc non, je ne me levais pas chaque matin toute joyeuse de penser au fait que j’allais devenir maman. Je me réveillais plutôt dans l’unique but de courir aux toilettes avant de me vomir dessus. Je n’avais pas un teint lumineux que tous mes amis m’enviaient. J’avais une belle acnée de grossesse et puis mes amis je ne les voyais quasiment plus car la grossesse n’est pas comme qui dirait un moteur à la vie sociale.

Ceci m’emmène à aborder le deuxième point que je déteste par rapport à la grossesse : les obligations et restrictions qu’elle m’a imposé par rapport à ma vie d’avant. Tout d’abord, c’est bien connu, on n’a plus le droit de boire d’alcool. Franchement, c’est pénible. J’ai pitié de celui ou celle qui me dira que sans alcool la fête est plus folle. Cette personne a certainement eu une jeunesse bien sinistre.

Et encore, franchement l’arrêt de l’alcool ce n’est pas le plus contraignant. Il ne faut pas oublier que je n’ai plus eu le droit de manger de poisson cru, alors adios les sushis, adios également les fruits de mer, la viande saignante, le foie gras, le pâté…

Voilà, je n’aime pas me priver, donc je n’aime pas la grossesse. CQFD.

« Oui mais c’est pour la bonne cause » me dira-t-on.

Tu crois que je ne le sais pas ? Tu penses que je fais tout ça pour rien pour ne pas avoir un enfant en bonne santé à la clef ? Evidemment que je sais que c’est pour la bonne cause. C’est bien pour cette raison que je n’ai fait aucun écart pendant ma grossesse. Mais le fait que ce soit pour la bonne cause ne me console en aucun cas ce ces contraintes. NON.

Pour continuer dans les contraintes, parlons des contraintes médicales. Eh oui, je dois faire une prise de sang chaque mois ainsi que des analyses d’urines. Des échographies régulièrement avec une sage-femme qui me pétrit le ventre comme de la pâte à pain pour aller chopper des images de mon bébé. Et encore quand c’est le ventre, ça passe encore… Kikou l’échographie endovaginale !

« Oui mais tu as de la chance d’être en France et de bénéficier de tout ça gratuitement » me dira-t-on.

Bah non c’est clair que j’aurais aimé ne bénéficier d’aucun soin et vivre ma grossesse au fin fond d’une rizière en Asie. Evidemment que je suis reconnaissante et rassurée d’être prise en charge par un excellent système de santé. Ce n’est pas pour autant que j’apprécie tous ces examens et RDV médicaux. C’est désagréable. En temps normal je n’ai pas à faire tout ça donc je considère que c’est encore un point négatif de la grossesse. POINT.

« Mais tu verras tu oublieras tout quand tu sentiras ton bébé bouger » me dira-t-on.

M
D
R


Ça va faire des semaines qu’il bouge et je n’ai rien oublié. Je ne vois pas ce qu’il y a de magique à sentir son bébé bouger. Personnellement, ça me rassure uniquement sur le fait qu’il soit bien vivant là dedans. Mais en aucun cas ça me procure un sentiment de bonheur ou de joie. Ça me fait juste ni chaud ni froid. Je suis certaine que je ne suis pas la seule… Et encore, je vous écris cet article à 6 mois de grossesse. Je n’ai pas encore pris de gros coup de pied dans la vessie ou dans les côtes. Je suis certaine que le « ça ne me fait ni chaud ni froid » va bientôt se transformer en « ça me brise les noix ». Mais nous n’y sommes pas encore, ne soyons pas trop pessimistes.

« Ohlala Sonia tu dis tout ça parce que tes hormones te jouent des tours, tu es adorable d’habitude, tu ne peux pas tenir un tel discours » m’a-t-on déjà dit.

Ah ok. Donc si je n’aime pas la grossesse et que j’ose le dire, c’est que je suis forcément aigrie,  triste, en colère ou pire : méchante. Mais LOL. Aucun rapport. Je suis absolument égale à moi même. Je suis simplement en train de vivre une période de ma vie que je n’aime pas. Alors oui j’en parle, non je ne garde pas tout pour moi et peu importe si ça plait ou pas.

Bien sûr, les hormones me jouent des tours et mon humeur est plus fluctuante que d’habitude. Mais mon ressenti vis à vis de la grossesse reste inchangé. Je n’aime pas ça depuis le début et jusqu’à présent. Je n’aime pas être enceinte chaque jour. Je n’y trouve aucun plaisir, aucune satisfaction, aucune joie.

Vient le moment où je me sens obligée de me justifier : OUI je désire vraiment cet enfant. C’est terrible que je ressente le besoin de préciser ça. Mais, malheureusement, je crains que beaucoup de personnes fassent l’amalgame entre grossesse et maternité. La grossesse n’a jamais été une période de ma vie que j’ai fantasmé. Je ne me suis jamais rêvée en grande madone avec un énorme ventre et une peau radieuse (heureusement d’ailleurs sinon j’aurais été bien déçue). Je ne me suis jamais rêvée en femme enceinte épanouie qui passe ses journée à masser son ventre avec de l’huile d’amande douce en imaginant le visage de son futur bébé. Non. Je n’ai jamais été attirée par la grossesse et si la science permettait de faire pousser son bébé dans un utérus artificiel qui resterait 9 mois sur le plan de travail de ma cuisine, je signerais de suite !!!!

En revanche, je me suis souvent rêvée maman. Je n’imagine pas ma vie sans enfants. Je me suis questionnée pendant des heures sur les méthodes d’éducation, sur les valeurs à transmettre, les choses que j’aimerais partager avec eux, sur comment les protéger, en faire des personnes heureuses… Je suis convaincue que je suis faite pour avoir des enfants. Je n’aime pas les porter, mais je le fais. Ça fait partie du job. Alors je traverse cette période à vide (drôle de tournure de phrase pour une femme enceinte), j’attends que ça passe et j’essaie de ne pas penser aux futures réjouissances du troisième trimestre. Parce que ça va être quoi cette fois ? Des hémorroïdes ? Des varices ? Des vergetures ? Des bouffées de chaleur ? Une sciatique ?

J’ai écrit cet article d’une traite, j’ai sans doute oublié pas mal de choses qui me contrarient pendant la grossesse. Comme le fait qu’il est pénible de s’habiller ou qu’il est compliqué de ne plus pouvoir dormir confortablement. Mais je pense m’arrêter là quitte à échanger avec vous en commentaires ou sur Instagram si jamais vous avez des questions.

Merci de m’avoie lue et à très vite !

Publié dans: Baby

16 réflexions sur “JE DÉTESTE ÊTRE ENCEINTE

  1. Charline dit :

    Super article. Je comprends tout à fait ton point de vu. On peut détester la grossesse et s’éclater dans la maternité, ne laisse personne te dire l’inverse. Il faut arrêter de dire à tout va que la maternité et la grossesse c’est que du bonheur, c est aussi difficile. Belle journée ma Sonia

    J'aime

  2. Floriane dit :

    Étant actuellement enceinte et dans le dernier trimestre, je suis d’accord avec toi et merci d’en parler car j’avais trop idéaliser cette grossesse et j’ai été bien déçue…merci aux femmes qui m’avaient dit qu’etre enceinte, c’était un vrai bonheur, on n’a pas la même notion du bonheur. Vivement qu’il sorte maintenant même si ça ne va pas être une partie de plaisir encore !!! Courage en tout cas, je te soutiens dans ce moment mon chaton

    J'aime

  3. Escapblog Wordpress dit :

    Tu es génial ! Merci pour cet article qui sort du coeur on le sent et je pense que ça t’as fait du bien de l’écrire et tu as bien fait car comme tu le dis je pense que les femmes n’osent pas dire « je déteste être enceinte » car ce serait trop mal vu…
    J’espère que le jour où ça m’arrivera je n’aurais pas autant de désagréments que toi. Mais comme toi je ne m’imagine pas enceinte, maman oui mais cette phase de 9 mois me stresse mais comme tu dis ça fait parti du job 😅
    Je te souhaite bon courage pour les 3 mois restants !
    Bisous 😘

    J'aime

    • acommesonia dit :

      Avec plaisir !!!! Merci à toi pour ton commentaire Cindy 🙂
      C’est super pour moi de lire des réactions positives comme ça !
      En tout cas, je te souhaite que le jour où ça arrivera, tu vivras cette période sereinement et avec moins de symptomes que moi (chaque grossesse est unique et je connais des filles qui n’ont eu aucun désagrément).
      Bisous !!

      Aimé par 1 personne

  4. Sonia dit :

    Ah ! La vérité, la vraie, dérange toujours.
    Bravo, chaque grossesse est différente et oui parfois c’est penible.
    Je n’ai pas aimé être enceinte. Il y a 24 ans.
    Sans prétendre être une bonne maman (c’est quoi d’ailleurs ?), je pense pouvoir témoigner et affirmer que ce qui se passe pendant la grossesse ne préfigure en rien de ce qui se passe après.
    Bon courage Sonia, et bonne année.

    J'aime

    • acommesonia dit :

      Merci Sonia pour ce gentil commentaire qui est super encourageant pour moi !!
      C’est très agréable de lire de la part d’une maman que le vécu de la grossesse ne détermine pas ce qui se passe ensuite durant la maternité.
      Merci encore et bonne année également.

      J'aime

  5. Marion dit :

    Bravo baby très bel article.
    Vraiment triste d’être loin de toi et de ne pas pouvoir te soutenir comment il se doit.
    Je sais que tu feras un très bonne maman.
    Je t’anime fort

    J'aime

    • acommesonia dit :

      Merci mon chao tu es tellement adorable !!!!
      Moi aussi j’adorerais que toi sois plus près mais l’essentiel c’est qu’on arrive à rester proches malgré la distance et qu’on puisse quand même se voir de temps en temps ❤
      Je t'aime fort moi aussi !!

      J'aime

  6. lheuredelire dit :

    Merci pour cet article qui pourra déculpabiliser pas mal de femmes !
    Comme tu dis grossesse et maternité c’est différent mais beaucoup font l’amalgame.
    J’ai accouché il y a deux mois, et sans avoir été au « même point » que toi je me reconnais pas mal dans ce que tu dis, les contraintes (rendez vous, tripotages en tout genre, stress parfois inutiles, les vêtements, les positions inconfortables), les privations, le diabète gesta qui pointe son nez .. j’en ai un peu voulu à tous ceux qui m’avaient dit que la grossesse était merveilleuse (ou qui m’ont dit que je me plaignais pour rien, que ça en valait la peine). Mais le pire c’est de se sentir mal après l’accouchement pcq on t’as toujours fait croire que dès que tu aurais le bébé dans les bras tu serais inondé d’un amour infini et oublierait tous ce que tu as subi pendant la grossesse et l’accouchement 🙄
    Courage pour les derniers mois en tout cas 🙂

    J'aime

    • acommesonia dit :

      Merci à toi pour ton commentaire !
      C’est une sensation agréable de sentir qu’on n’est pas la seule à vivre les choses de cette façon 🙂
      Au moins, la grossesse m’aura bien désillusionnée et je ne m’attends pas à ce que tout soit parfait une fois bébé arrivé ^^
      En tout cas je te souhaite quand même plein de bonheur avec ton bébé, malgré les difficultés et j’espère que tu vas t’épanouir dans la maternité. On pourra partager nos expériences dans quelques mois 🙂
      Merci encore et à bientôt

      J'aime

  7. Emilie dit :

    Jeune maman depuis 1 mois je n’ai pas aimé cet état non plus. Connue pour être assez fetarde même un apéro avec les copains devient chiant quand tu vois les autres pompette. J’ai aussi détesté être ralentie physiquement (Et encore, j’ai pris 3 kg en 9 mois donc je n’étais pas la plus à plaindre niveau « ralentissement « ).

    En revanche,étant charcutier traiteur je peux te dire un truc : SI tu as le droit au pâté et au foie gras. Il faut juste l’acheter en conserve pour éviter tout risque (Et encore si tu es sûre de ton boucher ou que c’est mamie qui te l’a fait tu peux y aller). Les températures de cuisson à coeur évite les dangers à la base !

    J'aime

    • acommesonia dit :

      Merci Emilie pour ton commentaire ! Je ne suis décidément pas la seule à ne pas aimer la grossesse, c’est rassurant 🙂
      Je comprends tout à fait ton ressenti pendant les apéros, pour moi c’est la même… Du coup j’évite au maximum.

      Et MERCI pour ce que tu me dis sur le pâté et le foie gras !! Je vais pouvoir me faire plaisir pendant ces 3 derniers mois alors.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s